19 août 2015

Nous


Auteur : David Nicholls

Éditeur : Belfond
Collection  : Littérature étrangère
Parution : 16 Avril 2015
Pages : 475


Résumé :

Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. Le Louvre, le musée Van Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondés : l'été s'annonce chargé pour les Peterson. Douglas, le père, est extatique. Connie, la mère, est plus mesurée. Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c'est carrément l'enfer. Et pour tous, c'est peut-être l'occasion d'un nouveau départ.
Douglas le sait, c'est sa dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père superfun. Connie, elle, va devoir affronter le souvenir de celle qu'elle était, cette étudiante en art qui sillonnait l'Europe en quête de folles expériences. Et celle qu'elle est devenue, une épouse rangée qui voudrait passer à autre chose. Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arriveras-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes ?
Crise de la cinquantaine, crise de couple, crise d'adolescence : Nous, c'est vous.


Mon avis :

J'avais déjà lu de cet auteur Un jour, comme beaucoup de monde, et je voulais retenter l’expérience :  la sortie de ce livre était la bonne occasion. D'autant plus que je trouve que je le résumé vend très bien le livre.

Nous nous retrouvons dans la peau de Douglas qui est perdu dans sa vie : sa femme veut le quitter, son fils l'ignore totalement. Nous allons suivre ces personnages dans un tour de l'Europe. J'ai bien aimé cette idée de voyage, où à chaque ville ou pays, quelque chose de différent s'y passe.

Nous valsons entre le passé et le présent des personnages. Cette idée m'a bien plu, car nous voyons Douglas et Connie à leur débuts : se séduire, et se découvrir. Et nous les retrouvons au présent où Douglas essaie de tout faire pour le reconquérir. Cette notion de temps qui passe et du couple qui s’effrite est réaliste, je veux dire par là que beaucoup de couple vivent ça, et ici Nicholls ne nous donne pas à rêver d'un couple parfait, mais de quelque chose de réel.

Un point m'a par contre rebuté, qui est le personnage de Connie. Je n'ai pas supporter cette femme. Rien que pour sa raison de quitter Douglas. Mais aussi parce que, je trouve, qu'elle le traite comme un moins que rien, elle se sent au dessus de lui. Elle ne le défend même pas quand son fils le néglige, elle à l'air presque heureuse. Mais surtout parce qu'elle lui donne toujours de faux espoirs, comme si elle n'allait pas le quitter : elle le prend par la main, l'embrasse etc. Bref, je n'ai vraiment pas réussi à m'accrocher à elle, je la trouve exécrable. C'est un gros point qui m'a été difficile.

Le final, par contre, entre le fils et le père m'a beaucoup plu. Je trouve que l'auteur nous donne une petite leçon de vie : aimez vos proches :)

J'ai vraiment passé une bonne lecture. C'est un bon contemporain : j'ai parfois ri mais aussi été émue ou triste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'être passé, kiss ♡