14 mai 2015

Peine perdue


Auteur : Oliver Adam

Éditeur : Flammarion
Collection : Littérature Française
Parution : 20 Août 2014
Pages : 414


Résumé :

Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l'abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d'Azur : la sauvage agression d'Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu'on a laissé pour mort devant l'hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles de victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emporté par les drames qui agitent la côte.


Mon avis :

J'avais déjà rencontré Olivier Adam avec Je vais bien, ne t'en fais pas, qui avait été plus qu'une déception. Pour dire, j'avais préféré le film au livre, chose improbable à la base ! Mais Peine perdue me faisait de l’œil depuis qu'il était sorti en librairie, rien que pour sa couverture d'un beau bleu et surtout par l'aspect étrange et mystérieux que rejette le résumé.

D'ors et déjà, j'ai plus apprécié ma lecture de ce roman. On va rencontrer à travers chaque chapitre un personnage, son avis, sa vie, ses peines. C'est un aspect qui au départ m'a surprise car j'avais peur de me mélanger dans tous les personnages que nous propose Olivier Adam. Mais ce n'est pas ce qui se passait, c'est justement ce qui apporte le charme au livre. Même si au début des chapitres, on ne sait pas forcément qui est cet personnage, l'auteur pose tout de suite le paysage et au bout d'une page ou deux, on sait qui elle est, quelle sont ses rapports avec tel ou tel personnage etc. Ce qui est bien c'est que l'auteur ne nous laisse jamais pour bête, il nous rappelle toujours des événements si on a oublié, les personnages sont tout de suite posés, nous n'avons pas besoin de revenir en arrière pour comprendre.

Ce côté avec tout un tas de personnages m'a finalement plu. On se retrouve au premier chapitre avec l’agression d'Antoine. On a donc l'impression que c'est lui qui lance l'histoire mais qui aussi la termine car le dernier chapitre lui est aussi consacré, c'est le seul qui a deux chapitres pour lui. Et de fil en aiguille, on va aller à l'entourage d'Antoine, ensuite à des personnages cités par ci par là. Bref, on a au final l'impression que leur destin à tous est lié, même si ils se connaissent pas. Vous savez, toutes ces personnes que l'on croise chaque jour et qui pourrait un jour faire basculer notre destin. J'ai aimé cette idée d'inconnus tout de même liés entre eux par un fil invisible et inexplicable. Mais l'agression d'Antoine reste dans un coin du livre, comme si c'était lui le fil directeur de tout, pour enfin nous faire comprendre petit à petit qui est l'auteur de ce drame et pourquoi.

L'auteur arrive bien à mêler tous ces personnages, sans se perdre lui-même et nous emmener dans un cafouillis sans queue ni tête. Ce qui est un bon point, ni lui ni nous se sommes perdus en chemin. Cependant, j'ai reconnu la plume de l'auteur par son aspect à tout voir négativement. J'ai l'impression que pour lui, la vie n'est que débauche, toutes les femmes trompent leur mari et inversement, la vie n'est que misère etc. Et c'est ce côté sombre qui m'a beaucoup déplu car je trouve qu'il ne nous fait pas voir la vie du bon côté.

Ce livre n'est pas un coup de cœur. Certes, l'histoire est bien tramée sauf que j'ai encore un peu de mal avec l'écriture et le style d'Oliver Adam où comme j'ai dit plus haut, tout est négatif.

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas réussi à terminer cette lecture.... Je me suis forcée mais j'ai fini par arrêter, je ne suis pas du tout rentrée dans l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que le roman est spécial et l'écriture de l'auteur aussi.

      Supprimer

Merci d'être passé, kiss ♡